1

Pour la nouvelle saison 2019/2020, la SFL a de nouveau choisi webstyle pour l’hébergement de son site Web. Nous avons demandé à Johannes Rebhan, directeur de développement [Koch communications], quelles en sont les raisons.

Johannes, depuis de nombreuses années vous gérez en tant qu’agence le site Internet de la Swiss Football League. Qu’est-ce qui différencie votre site des autres sites Web ?

sfl.ch est bien plus qu’un simple site Web. Il s’agit d’une part d’une plateforme de services qui importe des données et calcule des statistiques et d’autre part il est semblable à une application et un partenaire externe qui fournit à la SFL des données calculées par XML. Le tout avec des contenus qui ne datent guère de plus d’une minute lors de l’exploitation en direct, imposant ainsi des exigences particulièrement élevées à une mise en cache intelligente.

Rétrospectivement, en quoi les exigences posées au site ont-elles changé?

Depuis le lancement il y a quelques années, les demandes sur le site Web et l’application se sont considérablement accrues. De plus, les nouvelles fonctions ont contribué à augmenter continuellement la charge du serveur. Avec les années, l’environnement informatique ou dans ce cas l’environnement d’hébergement s’est également modifié.

Quelles sont les principales exigences posées à l’exploitation du site Web sfl.ch ?

Notamment pendant l’exploitation en direct, le serveur doit supporter de fortes charges, puisque les demandes de l’application et celles des visiteurs du site qui suivent le Live-Ticker doivent être traitées. Le serveur doit donc pouvoir rapidement supporter une très grande charge. On peut le comparer à des campagnes qui peuvent soudainement faire exploser la charge du serveur. Simplement chaque week-end :)

Le noyau fonctionne depuis quelques années chez webstyle. Auparavant, on activait des serveurs cloud pendant le week-end pour maitriser les pics. Pourquoi ?

Dans le passé, on a choisi une réplication cloud comme solution. Ce qui implique des défis, retards et problèmes qui lui sont propres. Ajoutez à cela des frais courants accrus dus à la réplication. Notre but était d’investir ces coûts dans une amélioration de la mise en place de la plateforme et d’épargner à notre client SFL des désagréments et frais courants.

Pourquoi ne pas avoir adopté à priori une solution Cloud standard?

Un cloud proxy aurait certainement pu être une solution, mais aurait de nouveau signifié une augmentation des frais généraux d’exploitation. Nous étions convaincus de résoudre le problème de performance en associant l’amélioration du logiciel de base avec un serveur plus performant.

En tant que développeur responsable, quel profit avez-vous pu tirer de la collaboration avec webstyle ?

Dès le début du projet il y a quelques années, webstyle nous a été d’une aide précieuse. Le serveur a été préparé selon les besoins du projet et le temps de réaction a toujours été agréablement court. Dans certains cas, l’implication personnelle des collaborateurs webstyle – même parfois à des heures indues – nous a aidé dans l’urgence et a évité des pannes prolongées de la plateforme. Au cours des dernières années, l’infrastructure a toujours été d’une haute disponibilité ce qui nous a permis de nous consacrer entièrement à notre développement. Un grand merci à l’équipe formidable de webstyle pour son engagement !

Merci Johannes pour cette interview. Nous souhaitons à tous les fans de foot de Suisse une saison captivante !